FT-CI

Ve conférence de la FT-QI :

Discours de clôture du meeting ayant suivi la Ve conférence internationale de la FTQI

13/09/2008

La Ve Conférence de la Fraction Trotskyste - Quatrième Internationale a tenu ses débats cette semaine dans le contexte de l’aggravation d’une crise capitaliste qui n’est pas simplement américaine, mais internationale.

Il n’y a qu’à lire pour cela l’article d’El País, quotidien de l’État espagnol : « Le spectre de la récession s’étend de manière incontrôlable depuis les États-Unis vers l’Europe. Les politiciens sont devenus plus prudents et ont déjà renoncé ã fixer une date à la reprise économique. On ne peut plus croire ã une amélioration mi-2009, comme ils l’affirmaient. La tempête financière provoquée par les crédits hypothécaires ã haut risque qui a explosé en août dernier aux États-Unis a aussi contaminé de nombreuses banques européennes et commence ã affecter l’économie réelle. Personne ne se risque ã essayer de prédire jusqu’où ira la crise. » (El País, 25 juillet.) (...) Depuis que la crise a commencé, les pays impérialistes ont déjà investi des centaines de milliards de dollars pour éviter des faillites bancaires et de fonds d’investissements. (...) Une fois de plus, le capitalisme se montre aux yeux de tous comme un système qui socialise les pertes et privatise les profits.

Les derniers sauvetages ont été effectués il y a moins de 15 jours par la Réserve fédérale américaine. Il s’agit du sauvetage de la banque spécialisée dans les opérations immobilières Indy Mac et des compagnies hypothécaires Fanny Mae et Freddy Mac (...). Ces firmes, possèdent une portion considérable des 5 200 milliards de dollars sous forme de titres de dette garantis par ces deux géants. 10 fois la dette externe de l’Amérique latine. Aux États-Unis, il n’y a qu’un débiteur plus important : le Trésor des États-Unis. (...) La crise affecte l’ensemble de l’économie états-unienne, en particulier l’industrie automobile ; les grands monopoles qui la contrôlent comme Ford, Chrysler et Général Motors souffrent de pertes considérables et annoncent des milliers de licenciements. (...)

Cette crise s’est exprimée jusqu’à présent de manière inégale. Il y a des pays comme les États-Unis, la Grande-Bretagne ou l’État espagnol qui vivent déjà ou prennent le chemin d’une récession profonde, tandis que d’autres maintiennent encore une croissance importante. Les matières premières ont subi une très forte augmentation, en partie ã cause de la spéculation. Cela a suscité une pression inflationniste dans le monde entier et provoqué des révoltes de la faim dans les pays importateurs d’aliments. Mais il faut garder à l’esprit que la récession risque de se généraliser dans les prochains mois. (...) Comment imaginer que l’ensemble de l’économie internationale puisse ne pas être affectée par une crise qui apparaît au cœur même du capitalisme contemporain ?

Camarades, nous ne sommes pas des devins qui pourraient prédire les rythmes précis ni la portée finale de la crise en cours. Mais ce que nous savons d’ores et déjà , et que nous avons examiné pendant la Conférence, c’est que nous nous trouvons face (...) ã de nouvelles et très importantes turbulences économiques et politiques, qui contredisent tous ceux qui imaginaient que la restauration capitaliste en ex-Union Soviétique et en Chine, combinée avec les attaques néo-libérales contre la classe ouvrière, avaient créé les conditions du développement d’un nouveau long cycle de croissance capitaliste comme celui qui a suivi la Seconde Guerre mondiale. Le capitalisme s’est certes maintenu ces dernières années, mais au prix de nouvelles et plus grandes contradictions qui sont en train d’exploser aujourd’hui. Le système ne peut pas éviter sa tendance ã des catastrophes récurrentes. Celle que nous sommes en train de vivre risque d’être la plus importante depuis 1929. (...)

Aujourd’hui, la crise économique est l’élément le plus dynamique qui menace l’équilibre capitaliste des dernières années et qui mène ã des conflits inter-étatiques croissants et ã des affrontements de classes plus importants. La FT doit se préparer ã intervenir dans ce nouveau scénario plus convulsif. (...) À l’heure où des millions de gens n’ont pas de quoi se nourrir, alors même que la production d’aliments pourrait satisfaire le double des nécessités de la population mondiale, les monopoles de l’alimentation sont plus riches que jamais. Il faut lutter pour l’expropriation de ces monopoles qui spolient la classe ouvrière.

Nous assistons en même temps que la crise économique à la fin de l’ère Bush. Loin d’accomplir l’objectif néo-conservateur d’assurer « un nouveau siècle américain », elle a renforcé la décadence de l’hégémonie états-unienne, avec l’enlisement de sa politique en Irak, la continuité des convulsions politiques au Moyen-Orient et de la guerre en Afghanistan.

Mais cet affaiblissement ne saurait signifier que l’impérialisme ne va pas utiliser de nouveaux moyens d’agression militaire contre les peuples du monde. (...) C’est pourquoi dans ce meeting nous voulons crier bien fort : Troupes impérialistes hors d’Irak, d’Afghanistan et de tout le Moyen-Orient ! Vive la résistance du peuple palestinien contre l’État d’Israël et l’impérialisme !

Camarades, le fait symbolique que les États-Unis risquent d’avoir ã recourir ã un Afro-américain comme Barak Obama pour essayer de se donner une image de changement et contenir les espoirs de millions d’américains qui veulent en finir avec la politique de Bush aux États-Unis et dans le reste du monde, est l’expression de la décadence profonde de l’impérialisme nord-américain. Mais au-delà des discours de campagne, Obama est un homme que Wall Street estime clairement fiable pour ses intérêts et qui, avant même de triompher, a déjà fait sienne une grande partie de la politique extérieure de Bush, comme l’appui ã Israël contre le peuple palestinien, la menace contre l’Iran ou l’appui au Plan Colombie.

(...) Durant ces dernières années la classe ouvrière s’est renforcée socialement et a montré dans différents secteurs une capacité de lutte renouvelée sur le terrain économique (...). Mais cette relative recomposition de l’action syndicale des travailleurs ne signifie pas que les défaites profondes subies sous le néo-libéralisme aient été effacées.

(...) Nous, marxistes révolutionnaires, sommes aujourd’hui une petite minorité au milieu de centaines de millions de travailleurs qui ont cessé de croire à la possibilité de dépasser ce système d’exploitation (...). Durant ces années, la résistance sociale aux politiques néo-libérales a donné lieu ã divers types de mouvements qui vont de réformismes tièdes jusqu’à la renaissance de courants, comme l’autonomisme, soutenant qu’il serait possible de « changer le monde sans prendre le pouvoir ». Ces courants nous ont amenés ã des discussions théoriques et stratégiques marxistes semblables ã celles que déjà Marx et Engels menaient dans le Manifeste Communiste contre les socialistes et les communistes utopiques. Le mouvement anti-mondialisation, qui est apparu ã Seattle en 1999, a présenté un échantillon de toutes ces tendances.

De son côté, notre continent a vu se renforcer différentes variantes populistes, qui sont parvenues ã canaliser le mécontentement exprimé dans les grandes révoltes populaires qui ont eu lieu au début du siècle. Une grande partie de la gauche mondiale a cédé face ã ces phénomènes. (...)

Même des secteurs provenant du trotskysme ont soutenu qu’il était l’heure de construire des « fronts anti-néoliberaux » ou partis sans ancrage dans la classe ouvrière et sans délimitation stratégique entre réformisme et révolution. Ce qui est arrivé ã Refondation Communiste en Italie, parti présenté comme modèle de cette stratégie, montre bien où conduit cette politique. Refondation s’est intégrée au gouvernement anti-ouvrier et impérialiste de Prodi, a perdu son aile gauche et a fini sans représentation parlementaire.

Au Brésil, le Parti « Socialisme et Liberté » (PSOL), dirigé par Heloisa Helena, est un simple accord électoral de convenance, une coquille vide de militants, avec un programme « développementiste » bourgeois (...). Au Venezuela, différents courants trotskystes figurent au côté de chefs d’entreprise et de militaires, dans le PSUV chaviste (...).

Ce n’est pas d’organisations de ce type que la classe ouvrière a besoin, mais de véritables partis révolutionnaires de combat. Et ce n’est pas simplement en intervenant dans les luttes quotidiennes que l’on peut construire de telles organisations. Il faut en même temps mener une lutte puissante sur le terrain théorique et idéologique (...) et prendre part ã tous les processus au cours desquels la classe ouvrière fait le moindre pas en avant vers la conquête de son indépendance de classe.

Nous, organisations membres de la FT, affirmons qu’il est nécessaire de combattre pour des partis avec un programme révolutionnaire clair. En ce sens, nous partageons la politique des camarades du CRI en France de mener une lutte pour une stratégie de ce type dans le processus de constitution du Nouveau Parti Anticapitaliste lancé à l’appel de la LCR d’Olivier Besancenot, dont la direction, comme nous le dénonçons dans la revue Stratégie Internationale, veut former un parti qui ne lutte ni pour le pouvoir ouvrier, ni pour le socialisme.

Il y a presque 70 ans, le 3 septembre 1938, une conférence réunie clandestinement ã Paris donnait lieu à la fondation de la IVe Internationale, dont le texte central est ce que l’on appelle le Programme de transition (...).

Trotsky, peu avant son assassinat, écrivait que, « au milieu des vastes étendues de terres et des merveilles de la technique qui a conquis pour l’homme le ciel comme la terre, la bourgeoisie s’est arrangée pour faire de notre planète une abominable prison » (Manifeste d’alarme de la IVe Internationale). Ces mots ne sont-ils pas restés d’une brûlante actualité ? Je lisais justement l’autre jour un texte d’un célèbre peintre, poète et écrivain britannique, John Berger, qui disait que s’il devait définir le monde contemporain avec un seul, mot il utiliserait le mot prison. (...)

Trotsky écrivait ces lignes quand éclatait la Seconde Guerre mondiale. Nous ne sommes pas aujourd’hui devant la perspective d’une telle guerre. (...) Mais nous vivons une crise économique de grande envergure (...). Et nous avons déjà eu l’occasion, dans les années précédentes, de voir comment, dans des circonstances de crise, une partie du programme de transition, quand les travailleurs en lutte se l’approprient, retrouvait son actualité, comme par exemple dans l’occupation et la gestion de Zanon sous contrôle ouvrier ou dans d’autres usines occupées. C’est apparu aussi au Venezuela avec la lutte Sanitarios de Maracay [NdT : usine occupée dont les travailleurs ont relancé la production au Venezuela]. Et dans ce même pays, la lutte ouvrière a mené à la nationalisation de SIDOR, entreprise contrôlée par le groupe Techint [NdT : cf. le précédent CRI des travailleurs]. Ici en Argentine sont apparues des organisations militantes de chômeurs qui, par delà leurs limites, ont exprimé la résistance au fléau qu’est le chômage de masse et ont évité que les travailleurs licenciés ne soient utilisés par la bourgeoisie comme briseurs de grève. Grèves, occupations d’usines, soulèvements de la faim, insurrections locales, barrages routiers : ce sont ces formes de lutte de classe et d’autres encore que nous allons voir se développer face à la crise. (...) Nous croyons profondément que le programme trotskyste deviendra ã nouveau une réalité vivante dans des secteurs de masses et pourra ainsi présenter une alternative à l’ensemble des exploités. Espérons qu’il permette de réaliser l’expropriation des expropriateurs, seul chemin pour en finir avec la barbarie capitaliste.

Que ces luttes aient lieu, cela ne dépend pas de nous. Mais ce qui en revanche est ã notre portée, c’est de forger les dirigeants, les cadres et les militants qui pourront s’unir avec le meilleur de l’avant-garde ouvrière et jeune, avec les intellectuels et les étudiants pour avancer dans la construction de partis et d’une Internationale révolutionnaires. Dans cette voie, nous voulons saluer l’incorporation comme section de la FT au Costa Rica des camarades de la Ligue de la Révolution Socialiste (...) Nous voulons aussi saluer l’accord des camarades français du CRI pour s’intégrer comme section sympathisante en France. C’est un cadre qui nous permet de développer une intervention commune sur la base des accords programmatiques et politiques que nous avons, tout en abordant des sujets importants, sur lesquels nous sommes encore en désaccord.

Pour finir, la Conférence a défini trois types de tâches pour toutes les organisations de la FT.

* Approfondir la formation théorique et politique de nos organisations, en luttant pour recréer un marxisme vivant, qui donne des réponses aux défis que nous pose la réalité et qui discute les principales théories élaborées par les classes dominantes et par les réformistes de différents types.

* Poursuivre le développement de nos organisations au sein du mouvement ouvrier. C’est une tâche qui non seulement se heurte aux persécutions du patronat et de la bureaucratie syndicale, mais qui a été lamentablement abandonnée par une grande partie de l’extrême gauche. Et cette tâche est cruciale, camarades, car, face à l’usure des gouvernements nationalistes ou populistes, nous assistons au renforcement de tendances de droite complètement réactionnaires. Et si nous ne construisons pas une alternative d’indépendance de classe, c’est par ces variantes réactionnaires-là que ce mécontentement sera canalisé. La classe ouvrière va alors encaisser de nouveaux coups.

* Nous nous sommes enfin proposé de redoubler la lutte pour des partis révolutionnaires et pour la reconstruction de la IVe Internationale. Nous sommes bien conscients que cette tâche est difficile, et qu’elle ne résultera pas de l’évolution de notre organisation. Elle ne pourra être que le produit de fusions et de convergences avec des secteurs d’autres tendances avec lesquelles nous pourrons nous retrouver au cours de la lutte des classes. Dans le même sens que l’a indiqué mon camarade José Montes, mais lui sur le plan national, au sujet du PTS [NdT : allusion à l’appel adressé par le PTS au PO, au MAS et ã IS (autres organisations qui se réclament du trotskysme en Argentine) en décembre 2007 pour ouvrir des discussions en vue d’un parti révolutionnaire unifié ; cf. Le CRI des travailleurs n° 30], nous mettons l’accent sur l’appel ã réaliser des campagnes communes et un regroupement progressif vers la reconstruction de la IVe Internationale avec les organisations qui mettent en avant la lutte pour la révolution ouvrière et socialiste, comme la LIT, dirigée par le PSTU brésilien, et le CRCI, qui a le PO argentin ã sa tête.

Nous proposons de clore ce meeting avec les slogans qui synthétisent les principales campagnes de la FT :

* Troupes brésiliennes, argentines, uruguayennes, chiliennes et boliviennes hors d’Haïti !
* À bas la directive du retour et toutes les lois anti-immigrés et xénophobes de l’Union Européenne !
* Soutien à la lutte de Zanon sous contrôle ouvrier et pour son expropriation définitive !
* Et enfin, vers une campagne pour la reconstruction de la IVe Internationale 70 ans après sa fondation.

Vive la classe ouvrière mondiale !
Vive la IVe Internationale, Parti Mondial de la Révolution Socialiste !

  • TAGS
Notas relacionadas

No hay comentarios a esta nota

Periodicos

  • PTS (Argentina)

  • Actualidad Nacional

    MTS (México)

  • LTS (Venezuela)

  • DOSSIER : Leur démocratie et la nôtre

    CCR NPA (Francia)

  • ContraCorriente Nro42 Suplemento Especial

    Clase contra Clase (Estado Español)

  • Movimento Operário

    MRT (Brasil)

  • LOR-CI (Bolivia) Bolivia Liga Obrera Revolucionaria - Cuarta Internacional Palabra Obrera Abril-Mayo Año 2014 

Ante la entrega de nuestros sindicatos al gobierno

1° de Mayo

Reagrupar y defender la independencia política de los trabajadores Abril-Mayo de 2014 Por derecha y por izquierda

La proimperialista Ley Minera del MAS en la picota

    LOR-CI (Bolivia)

  • PTR (Chile) chile Partido de Trabajadores Revolucionarios Clase contra Clase 

En las recientes elecciones presidenciales, Bachelet alcanzó el 47% de los votos, y Matthei el 25%: deberán pasar a segunda vuelta. La participación electoral fue de solo el 50%. La votación de Bachelet, representa apenas el 22% del total de votantes. 

¿Pero se podrá avanzar en las reformas (cosméticas) anunciadas en su programa? Y en caso de poder hacerlo, ¿serán tales como se esperan en “la calle”? Editorial El Gobierno, el Parlamento y la calle

    PTR (Chile)

  • RIO (Alemania) RIO (Alemania) Revolutionäre Internationalistische Organisation Klasse gegen Klasse 

Nieder mit der EU des Kapitals!

Die Europäische Union präsentiert sich als Vereinigung Europas. Doch diese imperialistische Allianz hilft dem deutschen Kapital, andere Teile Europas und der Welt zu unterwerfen. MarxistInnen kämpfen für die Vereinigten Sozialistischen Staaten von Europa! 

Widerstand im Spanischen Staat 

Am 15. Mai 2011 begannen Jugendliche im Spanischen Staat, öffentliche Plätze zu besetzen. Drei Jahre später, am 22. März 2014, demonstrierten Hunderttausende in Madrid. Was hat sich in diesen drei Jahren verändert? Editorial Nieder mit der EU des Kapitals!

    RIO (Alemania)

  • Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica) Costa Rica LRS En Clave Revolucionaria Noviembre Año 2013 N° 25 

Los cuatro años de gobierno de Laura Chinchilla han estado marcados por la retórica “nacionalista” en relación a Nicaragua: en la primera parte de su mandato prácticamente todo su “plan de gobierno” se centró en la “defensa” de la llamada Isla Calero, para posteriormente, en la etapa final de su administración, centrar su discurso en la “defensa” del conjunto de la provincia de Guanacaste que reclama el gobierno de Daniel Ortega como propia. Solo los abundantes escándalos de corrupción, relacionados con la Autopista San José-Caldera, los casos de ministros que no pagaban impuestos, así como el robo a mansalva durante los trabajos de construcción de la Trocha Fronteriza 1856 le pusieron límite a la retórica del equipo de gobierno, que claramente apostó a rivalizar con el vecino país del norte para encubrir sus negocios al amparo del Estado. martes, 19 de noviembre de 2013 Chovinismo y militarismo en Costa Rica bajo el paraguas del conflicto fronterizo con Nicaragua

    Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica)

  • Grupo de la FT-CI (Uruguay) Uruguay Grupo de la FT-CI Estrategia Revolucionaria 

El año que termina estuvo signado por la mayor conflictividad laboral en más de 15 años. Si bien finalmente la mayoría de los grupos en la negociación salarial parecen llegar a un acuerdo (aún falta cerrar metalúrgicos y otros menos importantes), los mismos son un buen final para el gobierno, ya que, gracias a sus maniobras (y las de la burocracia sindical) pudieron encausar la discusión dentro de los marcos del tope salarial estipulado por el Poder Ejecutivo, utilizando la movilización controlada en los marcos salariales como factor de presión ante las patronales más duras que pujaban por el “0%” de aumento. Entre la lucha de clases, la represión, y las discusiones de los de arriba Construyamos una alternativa revolucionaria para los trabajadores y la juventud

    Grupo de la FT-CI (Uruguay)